IPB


Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> CUVELIER, Embry
mlechevin
posté 24/11/2019 à 18:05
Message #1


Expert
******

Groupe : Membre +
Messages : 1 884
Inscrit : 02/10/2005
Membre no 137
Logiciel: Heredis




Bonjour,

Pierre CUVELIER est décédé le 07 12 1712 à Embry à 95 ans.
Sur l'acte de décès figure un mot dont je ne comprends pas le sens... juste après le patronyme :"septeux" ?
Merci si quelqu'un peut m'aider à clarifier ce que cela veut dire
Page de droite 3e acte

Martine

Ce message a été modifié par mlechevin - 24/11/2019 à 20:13.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
cchollet
posté 24/11/2019 à 18:52
Message #2


Novice
**

Groupe : Membre
Messages : 6
Inscrit : 22/08/2018
Membre no 20 412
Logiciel: Heredis




Bonsoir,
Je suis peut être complètement à côté du sujet mais le mot "Septeux" n'a-t-il pas un rapport avec la lèpre ?

Bonne soirée

céline

Ce message a été modifié par cchollet - 24/11/2019 à 18:53.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
brvasseur
posté 24/11/2019 à 19:10
Message #3


Plume de Bronze 2018
******

Groupe : Membre +
Messages : 1 885
Inscrit : 02/12/2017
Lieu : Calais
Membre no 20 057
Logiciel: Aucun de précis





Bonsoir à tous,

N'y aurait-il pas un rapport avec la putréfaction ? mellow.gif
On parlait de gaz septeux,ça vient du grec signifiant pourri....
En chimie c'était d'après gogol l'ancien nom de l'azote, parce qu'on lui attribuait la propriété de déterminer les premiers phénomènes de la putréfaction.
Parfois on lit dans les acres de sépulture qu'on s'est empressé d'inhumer le corps vu l'état dans lequel il se trouvait.....

Bonne soirée.


--------------------
Cordialement
Bruno
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mlechevin
posté 24/11/2019 à 20:02
Message #4


Expert
******

Groupe : Membre +
Messages : 1 884
Inscrit : 02/10/2005
Membre no 137
Logiciel: Heredis




Bonjour,
Merci de ces suggestions.
Cependant, je pense qu'il s'agit d'un métier.
En effet, j'ai cherché de mon côté et j'ai trouvé l'acte de décès de sa fille Marie CUVELIER le 26 05 1709 à Embry : est présent, le frère de la défunte, lui aussi prénommé Pierre, septier ou septeu...
Dernier acte page de droite

Quel peut-être ce métier ?
Martine

Ce message a été modifié par mlechevin - 24/11/2019 à 20:08.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jvasseur
posté 24/11/2019 à 21:48
Message #5


Plume d'Or 2018, 2017, 2016 & 2015
*******

Groupe : Membre +
Messages : 12 843
Inscrit : 27/05/2013
Lieu : BLOIS
Membre no 15 980
Aide possible: recherche historique
Logiciel: Aucun de précis




Bonjour Martine,


Je pense effectivement à la profession.
Le septier est une variante de setier (avec influence de sept), ancienne mesure pour les grains. ---- Septier ----
Ce peut être également par ailleurs le surnom donné au mesureur.

Septueux est probablement un dérivé. Voir si Pierre CUVELIER n'est pas caractérisé autrement par ailleurs.
Henri HOURDE donne le mariage de Marie CUVELIER avec Antoine FLAMENT le 18 mai 1688 à Embry... Contrat Béthencourt peut-être ?... Car aucun contrat dans le Gros de St Omer Saint-Omer 4E5/524.

Il faudrait examiner ces deux reconnaissances.

---- Gros de St Omer ---- Reconnaissances 1661 ----
1972) Reconnaissance N° 179 le 4/5/1661 : Pierre CUVELIER demt à Embry, curateur aux biens de Margte DUCROCQ, vivante femme à Jean CUVELIER;
le 9/2/1636 le dit Jean CUVELIER vivant brasseur à Embry, et la dite DUCROCQ sa femme, au proffit de Damlle Jenne DUBLIOUL? veuve de Pierre BAREST?, vivant notaire royal à Fruges. Au proffit de Jacques DAMAN eschevin de la ville d'Aire et la dite Damlle DUBLIOUL sa femme.


---- Gros de St Omer 4E5/440 - Reconnaissances 1675 ----
553) Reconnaissance N° 82 le 11/12/1675 : Francois DECQUE, curateur aux biens délaissés vaccans par le trespas de Jan CUVELIER, vivant brasseur à Embry ; indemnité passée par devant lieuten et homes de fief d’Embry le 16/1/1624 par le dit feu CUVELIER, avoir acquis de Guille, Jan, Nicolas, Anthoine et Marie CUVELIER ses fréres et sœur, des terres et bois, et promis de les descharger de rente vers Anthoine DE RENTY. Au proffit de Francois et Pierre CUVELIER enffans et hers du dit feu Jan, frére du dit CUVELIER brasseur.


Cordialement,
Joël
Go to the top of the page
 
+Quote Post
vlecuyer
posté 24/11/2019 à 23:10
Message #6


Plume d'Argent 2009
*******

Groupe : Animateur
Messages : 19 792
Inscrit : 30/06/2006
Lieu : Pulnoy
Membre no 1 682
Logiciel: Reunion




Citation (jvasseur @ 24/11/2019 à 21:48) *
---- Gros de St Omer ---- Reconnaissances 1661 ----
---- Gros de St Omer 4E5/440 - Reconnaissances 1675 ----
d'après les relevés d'Yves Lemaire, merci d'indiquer l'auteur des citations.


--------------------
Vincent
"Des propositions qu’il n’est possible ni de tester ni de réfuter ne valent pas grand-chose" (Carl Sagan)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mlechevin
posté 25/11/2019 à 20:54
Message #7


Expert
******

Groupe : Membre +
Messages : 1 884
Inscrit : 02/10/2005
Membre no 137
Logiciel: Heredis




Citation (jvasseur @ 24/11/2019 à 21:48) *
Le septier est une variante de setier (avec influence de sept), ancienne mesure pour les grains. ---- Septier ----
Ce peut être également par ailleurs le surnom donné au mesureur.
Il faudrait examiner ces deux reconnaissances.
---- Gros de St Omer ---- Reconnaissances 1661 ----
---- Gros de St Omer 4E5/440 - Reconnaissances 1675 ----
Merci Joël,

C'est peut-être en effet un mesureur en grains...

Cela m'a donné l'occasion de me replonger dans les relevés d'Yves LEMAIRE. Quel travail il a accompli !

Je ne résiste pas à partager le fruit de mes lectures par ailleurs :
Rozier "Cours complet d’agriculture"
Hôtel Serpente, 1796 (Tome neuvième, p. 181-182).


SEPTIER ou SETIER, certaine mesure de grains, comme de froment, seigle, orge, pois, fèves, &c. cette mesure varie d’un lieu à un autre. L’Assemblée nationale s’est occupée de faire cesser cette bigarrure de poids & mesures, qui est portée à un si haut degré de confusion, qu’il a été impossible jusqu’à ce jour, malgré les perquisitions les plus opiniâtres dans les provinces, & faites par les hommes les plus instruits, d’établir un véritable rapport entre leurs poids & ceux dont on se sert à Paris. On auroit moins raison de se récrier contre cet abus, si dans une province entière, on employoit la même mesure pour les solides, les fluides, & pour l’arpentage des champs ; mais ces mesures varient souvent de deux en deux lieues, & je défie l’homme le plus habile d’établir une concordance seulement pour les poids & mesures du Languedoc. Il est temps qu’un pareil abus cesse. On aura beau dire que ces différentes mesures favorisent le commerce, elles ne favorisent réellement que la friponnerie.
À Paris, le septier se divise en deux mines ; la mine en deux minots ; le minot en trois boisseaux ; le boisseau en quatre quarts ou seize litrons ; & le litron contient, suivant quelques-uns, 36 pouces cubiques. Les 11 septiers font un muid. Le septier d’avoine est double de celui de froment, en sorte qu’il est composé de 24 boisseaux ou deux mines, quoique le muid ne soit que de douze septiers. Il est des endroits où le septier se mesure ras, & dans d’autres on le mesure comble. Tout est arbitraire, & ne part d’aucun point fixe.
D’après cette mesure incertaine, en général, on a fixé dans chaque canton, celle du terrain, & on a désigné par le nom de septerée, l’étendue de terrain qui peut être ensemencé avec le grain contenu dans le septier. Il y a donc en France autant de bigarrure dans les mesures de la superficie du sol, que dans le contenu de la mesure des grains. L’Académie royale des sciences de Paris, qui renferme dans son sein les hommes de France les plus instruits, va s’occuper, d’après les décrets de l’Assemblée nationale, de fixer tous les poids, toutes les mesures contenantes & celle des surfaces, elle rendra ainsi à la nation un service vraiment digne d’elle.
Le septier, en fait de liqueurs, est à Paris la même chose que la chopine ou la moitié de la pinte. Il contient deux demi-septiers, & le demi-septier deux poissons ou coquilles.
Le septier, en matière de jauge, contient huit pintes de liqueur ; 36 septiers font le muid ; 27 demi-septiers font le quarteau, qui est la moitié de la queue.


Savoureux, non ?
Encore merci !
Martine

Ce message a été modifié par mlechevin - 25/11/2019 à 20:55.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
lledieu
posté 02/12/2019 à 16:33
Message #8


Confirmé
*****

Groupe : Érudit
Messages : 784
Inscrit : 23/10/2005
Membre no 441
Logiciel: GeneWeb




Bonjour à tous,

Personnellement, j'avais pensé à une déformation de sayeteur.
https://www.gennpdc.net/lesforums/index.php?showtopic=11820

Cordialement,


--------------------
Ludovic LEDIEU <lledieu[at]free.fr>
Base en ligne : http://lledieu.org
Relevés en ligne : 4E73-628, 4E73-629 (en cours), 4E73-673-Pierlay-1740-1771, 4E115-193-Papin, 4E115-193-Francois, 4E86-1-Nicole
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 12 12 2019 à 00:21