IPB


Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Cougars ou mariages blancs ?, Ivergny
fletho
posté 09/04/2014 à 12:44
Message #1


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonjour à tous,

Le titre est volontairement provocateur !

Dans la commune de Ivergny & en deux périodes, les mariages blancs se passent à la chaine cela, bien entendu, pour éviter la conscription militaire. Voici, en digest, le contenu de ces actes de mariage :

Première période : décembre 1790.

COUPET Pierre Vast X Marie Jeanne Louise DETRE
Le 15 12 1790 à Ivergny
P. Simon Benoit COUPET,
M. Marie Françoise HULOT,
De Ivergny, mineur, (16 ans )
Et elle :
P. † Joseph DETRE,
M. † Marie Jeanne VION,
De Ivergny, majeure, (elle est née en 1736 : donc âgée de 54 ans)
Tém. : Simon Benoit COUPET, son frère,
Signé : COUPPET.
Note 2014 : voir s’il ne s’agit pas d’un mariage blanc !
Voir aussi :
DETRE Marie Jeanne † le 18 thermidor An 06 à Ivergny,dite âgée de 62 ans, (née v. 1736) (elle est née le 18 08 1735), tém. : Adrien DESTRE, son frère, 52 ans, (né v. 1746)
Et aussi :
-COUPET Pierre Vaast ° 06 02 1774 à Ivergny & X le 17 06 1807 à Magnicourt sur Canche avec Marie Thérèse Augustine AGIMONT,


VASSEUR Antoine X Marie Thérèse GERVOIS
Le 16 12 1790 à Ivergny,
P. Antoine VASSEUR,
M. Sabine MATHON,
De Ivergny, mineur, (né en 1775 donc âgé de 15 ans)
Et elle :
P. Patrice GERVOIS,
M. Marie Rose VASSEUR,
De Ivergny, majeure, (née en 1766 donc âgée de 24 ans !)
Tém. : Théodore GERVOIS, oncle, Louis GERVOIS, oncle, à Ivergny,
Note 2014 : voir s’il ne s’agit pas d’un mariage blanc !

COUPET Antoine X Rosalie QUIDE
Le 16 12 1790 à Ivergny,
P. Antoine COUPET,
M. Marie Françoise FOSSIER,
De Ivergny, mineur, (né en 1771 donc âgé de 19 ans
Et elle :
P. Pierre QUIDE,
M. † Rosalie SENECHAL,
De Ivergny, majeure, (serait née sous Marie Rosalie en 1760 donc âgée de 30 ans)
Tém. : Jean Guislain GUILBERT, oncle du marié,
Note 2014 : voir s’il ne s’agit pas d’un mariage blanc !

COUPET Louis Joseph X Constance POULAIN
Le 28 12 1791 à Ivergny,
P. † Antoine COUPET,
M. Marie Françoise FOSSIER,
De Ivergny, mineur, (il serait né le 10 12 1774 à Ivergny, donc âgé de 17 ans !)
Et elle :
P. † Florent POULAIN,
M. † Marie Anne GERVOIS,
De Ivergny, majeure, (elle serait née v. 1728 !)
Tém. : Antoine VASSEUR, de Pierre Antoine COUPPET, de François FICQUET, et de François BERNAUD, tous de Ivergny.
Acte signé : Louis Couppet, p. a. Coupet, Antoine Vasseur, Poulain, et p. g. Fievet, curé d’Ivregny ;
Note 2014 : voir s’il ne s’agit pas d’un mariage blanc !
† de Constance POULAIN le 21 ventôse An 08 à Ivergny, dite seulement dans l’acte âgée de 72 ans, (née vers 1728), tém. : Jean Guislain GUILBERT, 41 ans, et Augustin Joseph GUILBERT, 39 ans, tous deux amis,

ROUX François (LEROUX) X Marie Catherine GERVOIS
Le 28 12 1791 à Ivergny,
P. † François ROUX,
M. Brigitte FICQUET,
De Ivergny, fils mineur,
Et elle :
P. † Philippe GERVOIS,
M. † Marie Catherine OBRY,
De Ivergny, fille majeure,
Tém. : Joseph LION, Antoine PRUVOST, Jean Louis VASSEUR, et de Jean Baptiste CORSIN, tous de Ivergny,
Signé : Antoine pruvost, m. c. gervois, j. Lion, Corsin, et p. g. Fievet, curé d’Ivregny.
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !
Note 2014 : Marie Catherine GERVOIS est née le 16 11 1724 à Ivergny : il doit donc s’agir d’un mariage blanc ? (lui, 18 ans et elle, 67 ans !)
† d’une Marie Catherine GERVOIS le 18 brumaire An 04 à Ivergny, 73 ans (donc né v. 1722), tém. : Jean Baptiste REGNIER, 40 ans, et de Augustin Joseph GUILBERT, 36 ans, (sans autre mention)


Deuxième période : l'An 04

PRUVOT Nicolas François X Marie Françoise FOSSIER,
Le 29 prairial An 04 à Ivergny
P. Charles Augustin PRUVOT, 48 ans,
M. Catherine CAMPAGNE,
De Ivergny, 16 ans,
Et elle :
P. François FOSSIER,
M. Marie Françoise TRIPIER,
Veuve de Antoine COUPPET,
De Ivergny, 58 ans,
Tém. : Charles Augustin PRUVOT, 48 ans, père, de Pierre Antoine COUPPET, 61 ans, cousin de la future, de François BERNAUD, 38 ans, ami de la future, et de Antoine VASSEUR, 55 ans, ami, tous 4 de Ivergny.
-Lui, dit né le N.N. à Ivergny,
-Elle, dite née le 09 05 1738 à Neuvillette, canton de Lucheux.
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !
† de Marie Françoise FAUCIER le 22 ventôse An 08 à Ivergny, dite âgée de 68 ans, épouse de Nicolas François Joseph PRUVOST *, tém. : Jean Guislain GUILBERT, 41 ans, et Augustin Joseph GUILBERT, 39 ans, tous deux voisins de la décédée. Note : * ajouté dans l’acte en fin de rédaction.

VASSEUR François Fidel Constant X Marie Thérèse FIQUET
Le 29 prairial An 04 à Ivergny
P. † Jacques Philippe VASSEUR,
M. Séraphine Joseph MATHON, encore vivante,
De Ivergny, 17 ans et demi,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de † Jean QUIDé,
Elle, de Ivergny, 70 ans,
Tém. : Adrien LECLERCQ, mal, 44 ans, beau père du futur, et de Pierre Antoine HERBET, tisserand, 44 ans, bel oncle du futur, Charles Augustin PRUVOT, 48 ans, et de Pierre Antoine COUPET, 61 ans, le 3e et le 4e amis, tous de Ivergny.
-Lui, dit né le 06 11 1778 à N.N.
-Elle, dite née le 13 02 1726 à Ivergny,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !

CITERNE Alexandre Joseph X Marie Angélique HENIN
Le 9 messidor An 04 à Ivergny
P. Alexandre CITERNE,
M. Marie Hélène BRIOIS,
De Ivergny, 17 ans et demi,
Et elle :
P. N.N.
M. N. N.
Veuve de Jean Baptiste MOUCHE,
De Ivergny, 74 ans,
Tém. : Alexandre CITERNE, 47 ans, père, de Nicolas RANSSON, 44 ans, de Antoine GUILBERT ; 35 ans, et de Adrien LECLERCQ, 44 ans, tous trois amis.
-Lui, dit né le 15 11 1778 à Ivergny,
-Elle, dite née le 01 04 1722 à Sus Saint Léger,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !
† d’une Angélique HENIN le 9 prairial An 08 à Ivergny, 78 ans,

COUPPET Jean Philippe X Marie Joseph BERQUET
Le 15 messidor An 04 à Ivergny
P. Jean Philippe COUPPET, 66 ans, présent,
M. † Marie Françoise PETIT,
De Ivergny, 20 ans,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Jean Baptiste CORSIN,
De Ivergny, 71 ans,
Tém. : Pierre HANON, 32 ans, Adrien Joseph COUPPET, 22 ans, frère, et de Antoine GUILBERT, 35 ans, cousin dudit futur, tous de Ivergny.
-Lui, dit né le 14 04 1776 à Ivergny .
-Elle, dite née le 25 06 1725 à Ivergny.
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !

COUPET Adrien Joseph X Anne Joseph DUBRON
Le 15 messidor 04 à Ivergny
P. Jean Philippe COUPPET, !, 66 ans,
M. † Marie Françoise PETIT,
De Ivergny, 22 ans,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuf de N.N. FRANQUEVILLE,
De Ivergny, 72 ans,
Tém. : Jean Philippe COUPPET, 66 ans, père, Antoine GUILBERT, 35 ans, cousin du futur, Pierre Joseph HANON, 32 ans, , ami, et de Nicolas RANSON, 44 ans, ami,
-Lui, dit né le 20 07 1774 à Ivergny,
-Elle, dite née le 14 01 1724 à Ivergny,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !

REMON Nicolas François Joseph X Marie Marguerite FIQUET, Le 24 messidor An 04 à Ivergny
P. Nicolas François REMON,
M. † Bernardine FIQUET,
De Ivergny, 17 ans et demi,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de André BERNAUD,
De Ivergny, 71 ans,
Tém. : Nicolas François REMON, 47 ans, père, François BERNAUD, 39 ans, fils de la mariée, et de Jean Antoine PRUVOT, 78 ans, ami, et de Adrien LECLERCQ, 44 ans, ami,
-Lui, dit né le 26 01 1779 à Ivergny,
-Elle, dite née le 01 05 1725 à Ivergny,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !

LIEPPE Pierre Joseph X Agnès GUILLAIN
Le 26 Thermidor An 04 à Ivergny
P. † Lambert LIEPPE,
M. Rosalie DUBROMELLE, encore vivante,
De Ivergny, 20 ans et 3 mois,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Antoine Joseph FIQUET,
De Ivergny, 70 ans,
Tém. : Jean Baptiste CORSIN, 36 ans, beau frère du futur, Adrien COUPET, « deux ans ? », ami, de Pierre Joseph HANON, 32 ans, ami, et de Nicolas RANSSON, 44 ans, ami,
-Lui, dit né le 20 05 1774 à Ivergny,
-Elle, dite née le 14 04 1726 à Terraminil,
† de Agnès GUILLAIN le 19 floréal An 07 à Ivergny, dite âgée de 73 ans, et veuve de † Antoine Joseph FICQUET, tém. : Jean Baptiste FICQUET, culti, 32 ans, son fils, et Augustin Joseph GUILBERT, cordier, 39 ans, tous deux à Ivergny, parent.
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !

COUPET Jean Baptiste X Marie Marguerite ROYON
Le 12 fructidor An 04 à Ivergny
P. Pierre Antoine COUPET,
M. Marie Angélique OBRY,
De Ivergny, 16 ans,
Et elle :
P. † Pierre ROYON,
M. † Marie Françoise DELMOTTE,
De Ivergny, 79 ans,
Tém. : Nicolas REMON, 47 ans, ami, de Pierre Antoine COUPPET, 58 ans, père, de Jean François ROUSSEL, 48 ans, ami, et de Nicolas RANSSON, 44 ans, ami, tous de Ivergny,
-Lui, dit né le 25 07 1780 à Ivergny,
-Elle, dite née le 15 06 1717 à Ivergny,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !
† de Marie Marguerite ROYON le 24 germinal An 05 à Ivergny, 82 ans, tém. : Pierre Antoine LIEPPE, 42 ans, son neveu, et Thomas BERNAUD, 40 ans, ami,

FLOUR François X Doroté FIQUET
Le 5 jour complémentaire An 04 à Ivergny
P. Benoit FLOUR, 40 ans,
M. Marie Jeanne ROBILLIART,
De Ivergny, 16 ans,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Jean Baptiste MONVOISIN,
De Ivergny, 76 ans,
Tém. : Benoit FLOUR, 40 ans, père, de Nicolas RANSSON, 44 ans, ami, Pierre BRIOIS, 40 ans, ami, de Augustin GUIBERT, 36 ans, ami,
-Lui, dit né le 30 06 1780 à
-Elle, dite née le 18 07 1720 à Ivergny,
Note 2014 : probablement un mariage blanc pour éviter la conscription militaire !


Bonne journée à tous,

Francis,

Ce message a été modifié par fletho - 09/04/2014 à 16:28.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mderam
posté 11/04/2014 à 17:10
Message #2


Expert
******

Groupe : Animateur
Messages : 5 136
Inscrit : 07/11/2005
Membre no 605
Logiciel: Aucun de précis






Merci pour cette lecture.

Bonne soirée.


--------------------
memoiredhistoires
Cordialement, Myriam.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 11/04/2014 à 20:10
Message #3


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

On peut compléter cette longue liste par les mariages blancs de Sibiville (il y en a quelques uns aussi sur Monts en Ternois)

Pour Sibiville, en voici trois :

VASSEUR Amable Joseph, ss X Marie Antoinette LE MAIRE, nss,
Le 20 thermidor ? An 08 à Framecourt pour Sibiville,
P. Barthélémy VASSEUR, cabaretier, 48 ans, de Sibiville
M. Marie Marguerite Magdeleine PETIT,
De tisserand, 19 ans, de Sibiville, dit né le 16 01 1781 à N.N.
Et elle :
P. † Jacques LEMAIRE,
M. Marie Jeanne VASSEUR,
de 75 ans, de Sibiville, dite née le N.N.
Note 2010 : il doit s’agir d’un mariage blanc pour éviter la conscription au marié !

HEDIN Eustache Joseph Foulquier ? X Constance VASSEUR
Le 30 messidor An 08 à Framecourt pour Sibiville,
P. Pierre André HEDIN,
M. Séraphine HIANNE,
De 18 ans,de Sibiville, dit né à Sibiville le 14 12 1781,
Et elle :
P. Joseph VASSEUR,
M. Magdelaine LE MAIRE,
de 67 ans, de Sibiville, dite née le 06 12 1733 à Sibiville,
Note 2010 : il doit s’agir d’un mariage blanc pour éviter la conscription au marié !

DUPUIS François Joseph X Marie Blanche MARIEL ?
Le 30 thermidor An 08 à Framecourt pour Sibiville,
P. Jean Baptiste DUPUIS,
M. Jenneviève BONEL ?
De ménager, 18 ans, dt à Séricourt, dit né à Sibiville, le 31 01 1782,
Et elle :
P. Jacques MARIEL,
M. Marguerite BELLE-LETTRE
Veuve en 1e noces de Pierre Joseph DE WAILLY, dt à Sibiville,
Elle, de 64 ans, dite née à Sibiville, le 14 05 1736
tém. : Pierre Joseph DE WAILLY, ménager, 34 ans, fils de la contractant, dt à Sibiville,
Note 2010 : il doit s’agir d’un mariage blanc pour éviter la conscription au marié !


Bonne lecture,

Francis,

Ce message a été modifié par fletho - 11/04/2014 à 20:11.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 19/04/2014 à 23:47
Message #4


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Voici quelques mariages blancs sur la commune de Monts en Ternois :


CAUET Joseph X Gabrielle DEMOULIN
Le 21 frimaire An 04 à Monts,
P. Nicolas CAUET,
M. Marianne ROUSSELLE,
De Monts, valet de charrue, 19 ans,
Et elle :
P. Antoine MOULIN !
M.Pétronille THOMAS,
De Monts, fille majeure, agée de N.N., (50 ans)
-Lui, dit né le 02 12 1776 à Brias,
-Elle, dite née le 03 06 1746 à Monts,
Note 2013 : cet acte de mariage est probablement frauduleux !


DAULLE Charles X Marguerite VASSEUR
Le 9 frimaire An 04 à Monts,
P. Louis Laurent DAULLE,
M. Marie Angélique PETIN,
de Monts, 18 ans, 6 mois,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de † Jean Baptiste MOLON,
De Monts, âgée de 60 ans,
Tém. : Louis Laurent DAULLE, père, 50 ans, de Louis PETIT ; berger, 46 ans, de Louis DEMOULIN, culti, 46 ans, et de Pierre MOLON, 66 ans, tous de Monts,
-Lui, dit né le 12 07 1776 à Monts,
-Elle, dite née le 24 03 1724 à Monts,
Note 2013 : cet acte est probablement frauduleux !

DELEPIERRE François Damas Gaspart X Elisabeth HANOT,
Le 1 frimaire An 04 à Monts,
P. François André DELEPIERRE,
M. Marie Françoise LEFEBVRE,
de Magnicourt sur Canche, 17 ans,
Et elle :
P. † Guislain HANOT,
M. † Thérèse PEUVREL,
De Monts, 75 ans,
-Lui, dit né le 08 07 1779 à St Pol,
-Elle, dite née le 12 04 1725 à Sars,
Note 2013 : Acte probablement frauduleux


DEMOLIN Zacharie François X Amandine MOINIEZ (MANIEZ-MOYNIEZ) ,
Le 15 frimaire An 04 à Monts,
P. Louis DEMOLIN,
M. † Bernardine LEBEL,
de Monts, 18 ans,
Et elle :
P. Célestin MANIETZ, *
M. Victoire FORTIER, *
De Monts, (environ 16 ans d’après les infos du mariage mais âgée en réalité de 11 ans !)
Tém. : Louis DEMOLIN, culti, père, 46 ans, de Nicolas PETAIN, meunier, 36 ans, de Pierre MOLON, 66 ans, et de Marie PRUVOST, charpentier, 36 ans, tous de Monts,
-Lui, dit né le 08 09 1776 à Monts,
-Elle, dite née le 06 08 1780 au Mainil
Signé : amandine Moyniez, Zacharie Demolin,
Note 2013 : acte de mariage est probablement frauduleux !
Note : * : mariés tous deux au Mainil le 07 11 1780. Amandine Joseph MOIGNEZ est née au Maisnil le 12 02 1785 dite fille de Célestin Roch et de Victoire Mathilde Joseph FORTIER.

DUPUICH Antoine Stanislas * X Marie Catherine ANSELIN ou ANCELAIN,
Le 15 ventôse An 04 à Monts,
P. Antoine Stanislas DUPUICH, *
M. Agnès VIONT ? *
de Averdoingt, 26 ans,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Jean Charles MORELLE,
De Monts, 50 ans,
Tém. : François DEMOLAIN, ménager, 42 ans, Jean Baptiste MOLAIN, ménager, 36 ans ?, Agnès DUPUICH, 21 ans, et de Antoine Joseph DUPUICH, 32 ans, de Averdoingt,
-Lui, dit né le 03 10 1770 à N.N.
-Elle, dite née le 03 08 1740 ? à N.N.
Note 2012 : acte probablement frauduleux pour éviter la conscription.
Note : * Antoine Stanislas né le 13 10 1770 à Averdoingt, fils du sieur Antoine Stanislas DUPUICH, écuier, et de dame Marie Agnès VION,

DUVIELBOURG Nicolas X Charlotte DEMOLIN
Le 10 nivôse An 04 à Monts, TD
P. François Joseph DUVIELBOURG,
M. Marie Charlotte ROGEZ,
de Gouy en Ternois, 20 ans,
Et elle :
P. Joseph DESMOLIN,
M. Tonette TAHON,
De Monts, 50 ans,
-Lui, dit né le 24 02 1775 à N.N.
-Elle, dite née le 1746 à N.N.
Note 2013 : mariage probablement frauduleux pour échapper à la conscription militaire.

LABE Joseph X Anne Joseph DUVIELBOURG
Le 7 nivôse An 04 à Monts, TD
P. François LABE, de Houvigneul,
M. Catherine DENAUX,
De Averdoingt, 17 ans,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Joseph LANIEZ,
De Monts, 50 ans,
-Lui, dit né le 10 07 1779 à Houvigneul,
-Elle, dite née le 01 01 1746 à Monts,

LABE Jean Baptiste X Brigitte LOUIS
Le 10 ventôse An 04 à Monts,
P. Pierre Philippe LABE,
M. Elisabeth GOTIER ?,
De Monts, 19 ans, de la commune de « Auvineul » lire Houvigneul,
Et elle :
P. Louis LOUIS ?,
M. Bregit LABE,
De Monts, 49 ans,
-Lui, dit né le 1777 à N.N. (en blanc)
-Elle, dite née le 02 04 1747 à N.N.
Note : probablement mariage frauduleux !

AUGUET Pierre André X Marie Joseph FORGEOIS
Le 2 germinal An 04 à Monts,
P. Pierre François AUGUET,
M. Marie Lucresse FORGEOIS,
de Bailleul au Cornaille, canton de Monchy Breton, 17 ans,
Et elle :
P. † Pierre Joseph FORGEOIS,
M. Marie Lucresse DEJARDIN, de Monts,
de Bailleul au Cornaille (âgée de 43 ans !)
-Lui, dit né le 15 03 1779 à Bailleul,
-Elle, dite née le 10 05 1751 à Bailleul,
Probablement un mariage blanc.

WILBERT Jean Baptiste X Louise DELVOYE
Le 4 floréal An 04 à Monts,
P. François WILBERT, d’Arqueves,
M. Marie Catherine LANDRIEUX,
De Arqueves, Canton de Beauquesnes, Somme, 24 ans,
Tém. : Louis Joseph BRACQUART, 26 ans, et de Jean Baptiste ANECAMP, 28 ans, du Cauroy (Berlencourt),
Et elle :
P. † Simon DELVOYE,
M. Catherine TOUQUET, de « Denain »,
Dt à Monts, 38 ans,
Tém. : Pierre Joseph MOLON, 28 ans, et de Jacques DE CŒUR, 32 ans, tous deux de Monts,
-Lui, dit né le 24 06 1772 à Arqueves,
-Elle, dite née le 15 04 1762 à NN, les parents de Denain.
Note 2013 : il pourrait s’agir de mariage frauduleux !
Voir aussi le mariage : BRACQUART Louis Joseph X Marie Catherine WILBERT Le 15 Germinal An 04 à Monts,

Bonne lecture et bonne soirée,

Francis,

Ce message a été modifié par fletho - 20/04/2014 à 08:15.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 25/04/2015 à 16:09
Message #5


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Voici un autre mariage blanc pour éviter le Service Militaire (la Conscription) pour Hautecloque en l'An 05 ; lui, 17 ans et elle, 75 ans ! :

CARPENTIER Marie Magdelaine X Henry Joseph THOMAS
Le 24 brumaire An 05 à Hautecloque, (14 11 1796)
P. Adrien THOMAS, berger,
M. Angélique MUSART,
De Hautecloque, berger, 17 ans,
Et elle :
P. Jean CARPENTIER,
M. Marie Catherine WANCTIN,
Veuve de † Pierre Philippe BONEL, ménagère,
De Hautecloque, 75 ans,
Tém. : Adrien THOMAS, 52 ans, de Angélique MUSART, 52 ans, père & mère, & de Nicolas MUSART, bourlier à Hautecloque, 54 ans, oncle mat,
-lui, dit né à Herlin le 14 05 1779,
-Elle, dite née le 24 10 1721 à Hautecloque,
Note 2015 : il doit s’agir d’un mariage blanc pour éviter le service militaire.

Bonne soirée à tous,

Francis,


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mdesmolin
posté 25/04/2015 à 17:39
Message #6


Expert
******

Groupe : Bienfaiteur
Messages : 3 922
Inscrit : 04/10/2005
Lieu : Paris
Membre no 236
Logiciel: Heredis




Bonsoir Francis,
Bonsoir à Tous,

Citation
CAUET Joseph X Gabrielle DEMOULIN
Le 21 frimaire An 04 à Monts,
P. Nicolas CAUET,
M. Marianne ROUSSELLE,
De Monts, valet de charrue, 19 ans,
Et elle :
P. Antoine MOULIN !
M.Pétronille THOMAS,
De Monts, fille majeure, agée de N.N., (50 ans)
-Lui, dit né le 02 12 1776 à Brias,
-Elle, dite née le 03 06 1746 à Monts,
Note 2013 : cet acte de mariage est probablement frauduleux !


Gabrielle DEMOULIN est née bien avant 1746 car son fils Norbert nait en 1749 à Monts en Ternois !!!
De plus, il n'y a aucune ° à Monts le 3/6/1746
Citation
et acte de mariage est probablement frauduleux

C'est même plus que probable !!!

Bonne soirée
Marcelle
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 07/12/2015 à 17:41
Message #7


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Voici une brochette dans l'une des fabriques de mariages frauduleux : commune de Blangerval.

MARIAGE DE l’AN 04 première partie :

les mariages frauduleux de la commune :

Pierre Joseph PASSEPONT, ss X Anne Marie BUGNY, nss *
Le 3 vendémiaire An 04 à Blangerval (1795) mariage n° 1.
P. Célestin PASSEPONT,
M. † Angélique DEJARDIN,
De Conchy, cordonnier, 18 ans, (serait donc né v. 1777)
Et elle :
P. † Jean BUGNY,
M. † Jeanne GAVORY,
De 34 ans, de Blangerval, (serait donc née v. 1761)
Tém. : Louis Joseph PASSEPONT, oncle, dt à Ligny, de Pierre DELERUE, 60 ans, et de Marie Françoise CADET, 50 ans, tous deux de Blangerval, ses deux amis des parties,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.
Il est déclaré que ladite BUGNY ne sait signer !
-lui, dit né à Conchy le 15 08 1779,
-Elle, dite née à Flers 30 05 1741,
Or, à Flers, cet acte n'existe pas !

Je m'avance peut être, mais il me semble qu'il s'agit d'un mariage pour échapper à la conscription militaire (lui : 18 ans, et elle 34 ans)
Note :

**

DOBIN Jacques Joseph, ss X Elisabeth FLECHELLE, nss,
le 3 vendémiaire An 04 à Blangerval
P. Jacques Joseph DOBIN,
M. Marie Claire LANVIN,
De 19 ans (donc né v. ), dt à Conchy,
Et elle :
P. † Pierre FLECHELLE,
M. Elisabeth FROMENTIN, vivante,
De 17 ans (donc née v. ) dt à Conchy,
Tém. : Jacques Joseph DOBIN, père, 68 ans, & Jean Baptiste DOBIN, son oncle, 40 ans, de Elisabeth FROMENTIN, mère, 54 ans, et de Albert DOBIN, 36 ans, tous dt à Conchy,
-Lui, dit né le 15 05 1777 à Conchy,
-Elle, dite née le 02 04 1779 à Filièvres,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

SALLé Charlemagne X Marie Jeanne MACQUAUX,
Le 3 vendémiaire An 04 à Blangerval,
P. Jean François SALLé,
M. Marie Joseph Constance DE WAILLY, 53 ans,
De 18 ans (donc né v. 1777),
Et elle :
P. † Jacques MACQUAUT,
M. Marie LOTTIN,
De Blangerval, 49 ans (donc née v. 1746)
Tém. : Jean Baptiste, 47 ans, & Louis DUFOUR, 42 ans, de Blangermont, & de Marie Agnès ? SALLé, sœur, 24 ans, de Blangerval,
-Lui, dit né le 21 07 1778 à Blangerval,
-Elle, dite née le 11 02 1751 à Blangermont,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

DECOUSU Jean Baptiste, ss X Marie Rose LANVIN, nss,
Le 8 vendémiaire An 04 à Blangerval
P. Louis DECOUSU,
M. Marie Michelle DANVIN,
De 26 ans (donc né v. ) de Blangerval,
Et elle :
P. † Jean François LANVIN,
M. † Marie Joseph DUFOUR,
De Blanger… ?, (serait âgée de 44 ans)
Tém. : Louis DECOUSU, 60 ans et de Marie Michelle DANVIN, 53 ans, père et mère, François DUFOUR, 43 ans, Joseph MESUREUR, 48 ans ?, tous deux dt à Blangermont ?,
-Lui, dit né le 11 05 1769 à Blangermont ?
-Elle, dite née le 01 05 1751 à Blangerval ?
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

DELANNOY Pierre Louis, ss X Austreberte LETURGé, ns,
Le 8 vendémiaire An 04 Blangerval
P. † Pierre DELANOY,
M. † Angélique CAPRON,
De 19 ans (donc né v. 1776), bourrelier de Ecoivres,
Et elle :
P. † Louis LETURGé,
M. † Madeleine LAMOURY,
De 15 ans (donc née v. 1780), de Blangerval, (elle est âgée en fait de 14 ans !)
Tém. : Jean Marie SOULIER, journal, 48 ans, de Célestin HERDUIN, journal, tous deux de Ecoivres & Nicolas LETURGé, oncle, de Blangerval, de Jean Baptiste DELRUE, 59 ans, de Blangerval,
-Lui, dit né le 28 03 1777 à Ecoivres,
-Elle, dite née le 14 09 1781 à Blangerval, (serait en fait née le 24 08 1781 à Blangerval, sous Austreberte Josephe mais elle est décédée le 24 09 1781, dite âgée de 1 mois !) ou alors, il s’agit de cette autre Austreberte Joseph LETURGEZ, née le 16 09 1782 à Blangerval, fille des mêmes)
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.
Note :
DELANNOY Pierre François X Marie Angélique CAPRON
† de Angélique CAPRON le 04 12 1783 à Ecoivres, femme de Pierre François DELANNOY, maître d’école, 50 ans,
Enfants :
-Rosalie Joseph ° le 17 10 1774 à Ecoivres,
-Pierre Louis ° le 27 03 1777 à Ecoivres, parr. Louis DEMONCHEAUX, ss, marr. Rosalie PENET, ss.
Note : † de Madeleine LAMOURY le 03 02 1784 à Blangerval, 36 ans, femme de Louis LETURGEZ, ménagers ;

**

RENVERSé Pierre Joseph, ss X Henriette VETEL ? , nss

Le 10 vendémiaire An 04 à Blangerval
P. Jacques Joseph RENVERSé,
M. Marie Antoinette CRENELLE ?
De 21 ans, de Conchy,
Et elle :
P. † Nicolas VETEL ?,
M. Scholastique DEVIENNE,
De 22 ans, de Conchy,
Tém. : Jacques Joseph RENVERSé, père, 63 ans, Jean Baptiste DOBIN, 41 ans, Philippe MANSSIN ?, 43 ans, de Pierre Joseph TIRROLOY, 59 ans, tous de Conchy,
-Lui, dit né le 19 03 1775 à Conchy,
-Elle dite née le 19 03 1774 à Conchy,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.
(à confirmer comme frauduleux par d'autres actes : naissance d'enfant et acte de décès des époux)


Tous renseignements supp. seront les biens venus.

Bonne soirée,

Francis,

Ce message a été modifié par fletho - 07/12/2015 à 18:37.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 07/12/2015 à 18:35
Message #8


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Encore une petite louche de mariages blancs à Blangerval :

FIEZ Antoine Joseph, X Marie Agnès CADET, nss,
le 10 vendémiaire An 04 Blangerval,
P. Charles FIEZ, ss, 48 ans,
M. Séraphine DENEUVILLE,
De 20 ans (donc né v. 1775), de Conchy,
Et elle :
P. Pierre Joseph CADET,
M. Marie Thérèse MARTIN, vivante,
De 46 ans, (donc née v. 1749), de Blangerval,
Tém. : Charles FIEZ, père, 48 ans, de Pierre LEMAIRE, 56 ans, de Conchy, de Marie Thérèse MARTIN, mère, 86 ans, de Adrien CADET, 43 ans, tous de Blangerval,
-Lui, dit né le 29 11 1776 de Conchy,
-Elle, dite née le 11 05 1754 à Blangerval,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

DUFOUR René, ss X Marguerite LABROY, nss

Le 21 vendémiaire An 04 à Blangerval
P. Louis DUFOUR,
M. Catherine CREPIN,
De 25 ans (donc né v. 1770) de Blangerval,
Et elle :
P. Pierre LABROY,
M. Marie Jeanne BRULLé ?
Veuve de † Jacques GOURDIN,
De 64 ans (donc née v. 1731), de Blangerval,
Tém. : Louis DUFOUR, 43 ans, de Blangerval, Louis DUFOUR, père, 60 ans, Jean Baptiste DELRUE, 60 ans, Marie Thérèse MARTIN, veuve CADET, 86 ans, tous de Blagerval,
-Lui, dit né le 20 01 1771 à Blangerval,
-Elle, dite née le 10 06 1736 à Noyelle, canton de Blangy,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

SALLé Jean Baptiste, ss X Marie Rose DELRUE (pas se signature !)
Le 29 vendémiaire An 04 à Blangerval,
P. Jean François SALLé,
M. Marie Joseph Constance DE WAILLY, 53 ans, ss,,
De 16 ans (donc né v. 1779), de Blangerval,
Et elle :
P. Philippe DELRUE,
M. Marguerite CANDAT,
Veuve de † Jean François ATTAGNIANT,
De Blangermont, 47 ans (donc née v. 1748)
Tém. : Jean Baptiste DELRUE, Célestin HOSDé, 36 ans, de Marie Joseph LENGLUMET, de Mailly, 53 ans, sa mère, Martin CADET, 60 ans, tous de Blangerval,
-Lui, dit né le 01 04 1780 à Blangermont,
-Elle, dite née 13 02 1750 à Blangermont,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, e l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

DEBOFFLE Ambroise X Marie Rose JONCQUET,
Le 3 brumaire An 04 Blangerval,
P. Joseph DEBOFFE,
M. Catherine GLOIRANT,
De Blangerval, (serait âgé de 19 ans )
Et elle :
P. Antoine JONCQUET,
M. Marie Joseph LOUVET ?
De Blangerval, (serait âgée de 45 ans )
Tém. : Joseph GLORIAN, 58 ans, François DUHAUTOY, 60 ans, & Catherine GLORIAN, sa mère, 50 ans,
-Lui, de Blangerval, le 22 02 1776,
-Elle, de Blangerval, le 13 03 1750,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

Bonne lecture,

Francis,


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 07/12/2015 à 19:49
Message #9


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Encore 3 mariages blancs et frauduleux :

SURGEONT François Joseph, ss X Marie Françoise CADET, nss

Le 6 brumaire An 04 à Blangerval
P. † André SURGEONT,
M. Angélique LEBRUN,
De 21 ans, de Conchy,
Et elle :
P. † Pierre Joseph CADET,
M. Marie Thérèse MARTIN,
De 46 ans, de Blangerval,
Tém. : Marie Joseph ANSART, 40 ans, & Albert DOBIN, 48 ans, Antoine DEVIENNE, 42 ans, et Jean Philippe BAQUET, 60 ans, tous de Conchy,
-Lui, dit né à Conchy, le 10 12 1775,
-Elle, dite née à Blangerval, le 05 08 1750,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

MOUVIELLE Pierre Joseph, ss X Marie Anne DELACHAMBRE, nss

le 6 brumaire An 04 à Blangerval,
P. Denis MOUVIELLE, ,
M. Catherine ANON (lire HANON !)
De 18 ans, de Conchy,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de † Pierre REMY ?
De 50 ans, de Guesart ! (Somme),
Tém. : Denis MOUVIELLE, 56 ans, & Antoine DEVIENNE, 34 ans, & Albert DOBIN, 46 ans, & Marie Joseph MUSART, 40 ans, tous de Conchy,
-Lui, dit né à Conchy, le 26 12 1778,
-Elle, dite née à Guechart, même canton, Somme, le 13 04 1746,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

COURBET Pierre X Pélagie WANIART / WAGNIART

Le 10 brumaire An 04 à Blangerval,
P. Jean Baptiste COURBET,
M. Françoise Rose VASSEUR,
De 19 ans, de Blangerval,
Tém. :
Et elle :
P. Pierre Joseph WANIART, de Nuncq, 48 ans,
M. † Marie Joseph TURPIN, de Nuncq,
De Nuncq (serait âgée de 47 ans)
Tém. : Jean Baptiste GOURBET, 45 ans, Jean Baptiste DELRUE, 60 ans, Joseph GLORION, 58 ans, Marie Joseph WAGNIART, 50 ans, tous de Blangerval,
-Lui, dit né le 26 10 1777 à Blangerval,
-Elle, dite née le 30 08 1748 à Nuncq,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

Bonne lecture,

Francis,


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 08/12/2015 à 22:09
Message #10


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Encore une brochette de mariages blancs sur Blangerval.

Je donnerais par la suite une belle série de mariages frauduleux et blancs sur Flers où là on a poussé le bouchon un peu loin en mariant des jeunots de 28 avec des dames de 65 & même 75 ans !


COMMUNE DE BLANGERVAL


Suite et fin :

mariages supposés frauduleux ou blancs.

DUFOUR Jean Baptiste X Marie Françoise GAUDEFROY,

Le 10 brumaire An 04 à Blangerval,
P. Louis DUFOUR,
M. Catherine CREPIN,
De 19 ans, de Blangerval,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de Adrien MONEL ?
De 56 ans, de Blangerval,
Tém. : Louis DUFOUR, 60 ans, Pierre CHOCQUET, 44 ans, Catherine CREPIN, 48 ans, de Joseph GLORION, 48 ans, tous de Blangerval,
-Lui, dit né à Blangerval, le 01 12 1776,
-Elle, dite née à « Waymin », canton de Magnicourt, le 03 06 1740, (voir Etrée Wamin)
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

RANSON François Joseph X Louise ROBBE ?
le 2 brumaire An 04 à Blangerval,
P. Antoine RANSON, 55 ans, de Flers,
M. Séraphine DARé,
De Flers, de 17 ans (donc né v. 1778),
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve N.N. FARCY ?
De 55 ans, de Blangerval,
Tém. : … RETOURNé, 30 ans, … DELRUE, 56 ans, Pierre CHOCQUET, 44 ans, tous de Blangerval,
-Lui, dit né le 20 05 1779 à Flers, (27 05 1779 à flers)
-Elle, dite née le 03 01 1740 à St Pol,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.

**

JOAN Pierre X Anne Joseph FIEZ
Le 12 brumaire An 04 à Blangerval,
P. François JOAN,
M. Marie Joseph LIBESSART,
De 20 ans (donc né v. 1775), de Conchy,
Tém. :
Et elle :
P. Charles FIEZ,
M. Séraphine DENEUVILLE,
De 16 ans, de Conchy,
Tém. : Charles FIEZ, 48 ans, André FIEZ, 34 ans, Séraphine DENEUVILLE, Marie Joseph MONFORT, 40 ans, tous dt audit Conchy,
-Lui, dit né à Haubremont ? ou Haubrecourt ?, canton de Wail, le 16 06 1776 (voir si pas "Haubrometz : Obrometz ?)
-Elle, dite née 16 06 1780 à Conchy,
Officier : Philippe RANSON, adjoint & procureur de la commune de Blangerval, en l’absence de l’officier chargé de rédiger les actes de naissance, mariage et décès.


Bonne lecture,

Francis,

Ce message a été modifié par fletho - 08/12/2015 à 23:23.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jlchevalier
posté 09/12/2015 à 10:24
Message #11


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 2 545
Inscrit : 16/03/2006
Lieu : Helfaut
Membre no 1 303
Aide possible: Audomarois Haut Pays
Logiciel: Heredis




bonjour

sur Ledinghem, mariages qui, curieusement, ne sont pas repris sur les TD !

à noter que beaucoup viennent de Bouquehaut!

7 thermidor an V
BONVOISIN Louis Jph Etienne ° 19.3.1774 Pihem fils de BONVOISIN Marc et BONTEMPS Marie Thérèse Antoinette
QUEHEN Marie Marguerite ° 20.1.1717 Rodelinghem fille de QUEHEN Jean et DORET Marie Marguerite

LEFEBVRE Charles François ° 26.3.1770 Bouquehaut ? fils de et LEFEBVRE Marie Gabrielle
DESEILLE Geneviève ° 9.2.1716 Bouquehaut fille de DESEILLE Jean Norbert et ROSE Antoinette

11 thermidor an V
FASQUEL Jean François ° 14.1.1777 Campagne les Boulonnais ? fils de FASQUEL Pierre et HEMBERT Marie Catherine
HEMBERT Madeleine ° 1743 Bouquehaut fille de HEMBERT François et ALEXANDRE Madeleine

11 thermidor an V
GAVOIS François Jph ° 7.4.1777 Bouquehaut fils de GAVOIS Jean Jacques et HENDRICQ Jean Jacques
BERNARD Marie Antoinette ° 3.1.1719 Bouquehaut fille de BERNARD Gilles et GRESSIN Marie

19 thermidor an V
BONVOISIN Jacques Louis ° 23.1.1777 Westbécourt fils de BONVOISIN Jean Louis Marie et PLAY Marie Françoise
BACQUELET Marie Jeanne ° 7.3.1731 Bouquehaut veuve ROBARGE Antoine

25 fructidor an V
de CORBIE François Louis ° 26.4.1774 Wismes fils de de CORBIE Emmanuel François Jph et CADET Marie Jeanne Constantine
ROUSSEAU Marie Catherine ° 29.4.1722 Thérouanne veuve BEAUDRAP Jacques Gilles (x 27.6.1745 Eperlecques)

25 fructidor an V
de CORBIE Aimable Jph Gérard de ° 29.5.1778 Wismes fils de de CORBIE Emmanuel François Jph et CADET Marie Jeanne Constantine
OUSSELIN Marie Jph ° 20.6.1731 Bourthes fille de OUSSELIN Jacques et

27 fructidor an V
DERLY Louis Marie Sulpice ° 11.1773 Campagne les Boulonnais fils de DERLY Sulpice et CHOQUET Marie Agnès
BONVALET Marie Françoise Gabriel ° 20.12.1737 Peuplingues fille de BONVALET Jacques et LEFEBVRE Marie Marguerite

cordialement


--------------------
Jean Luc Chevalier
Vice Président en charge de la généalogie
Comité d'Histoire du Haut Pays
http://histoirehautpays.com/
membre de Histoire et Généalogie de l'Audomarois
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mlrochoy
posté 09/12/2015 à 10:53
Message #12


Confirmé
*****

Groupe : Membre +
Messages : 775
Inscrit : 04/10/2005
Lieu : St Léonard (62)
Membre no 241
Logiciel: GeneWeb




Bonjour,

Le mariage était un moyen d'échapper à la conscription. Voir cet extrait dans google books.
"A partir de 1793, chaque période de levée d'hommes entraîne une vague de mariages, conclus à la hâte et dans n'importe quelles conditions, l'important étant de pouvoir échapper aux obligations militaires."

"n'étaient soumis à la conscription que les hommes célibataires. Il était donc tentant de contracter un mariage fictif pour éviter d'être enrôlé. Or, s'il était facile d'obtenir du maire de son propre village l'établissement d'un acte de complaisance, cela devenait plus aléatoire quand l'acte était établi au chef-lieu de canton" http://www.geneardeche.org/v1/n2/mari02.htm

Amicalement
M-Lise


--------------------
Marie-Lise Rochoy - 62 St Léonard
Mon portail généalogique perso
Relevés de l'association A.R.B.R.E. : Aisne, Ardennes, Aube, Haute-Marne, Jura, Marne, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Réunion
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 11/12/2015 à 23:35
Message #13


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Dans la série des mariages frauduleux, en voici un dans lequel Hyppolite TALVA, agent municipal de la commune de Flers dans lequel il marie un gamin de "24 ans" avec une dame de "85 ans" ; il pousse un peu loin le bouchon !



DEBOFFLE Charles * X Elisabeth LOUIS **
Le 3 fructidor An 04 à Flers,
P. Charles DEBOFFLE,
M. Marie Barbe DEVAUX,
De 24 ans, marchand à Flers,
Et elle :
P. N.N.
M. N.N.
Veuve de † Jean DELEPIERRE,
De 85 ans, à Flers,
Tém. : …. DEBOFFLE, 31 ans, cousin germain, & Joseph COUSIN, mal, 56 ans, oncle du contactant, Hippolite TENCOURT, 51 ans, beau fils de la contractante, et Célestin COUSIN, mal, 55 ans, ami,
-Lui, dit né le 25 11 1771 à Flers,
-Elle, dite née le 10 04 1712 à Flers,
Notes :
* : né sous : Charlemagne Joseph DEBOFFLE ° le 25 11 1771 à Flers,
** : Elisabeth LOUIS mariée le 28 07 1745 avec Jean DELAPIERRE († lui le 01 07 1760 à Flers) & elle serait née à Flers, sous Marie Isabelle LOUIS, le 11 04 1715 ! fille de Adrien LOUIS et de Marie Philippe DUQUESNE !)

Bonne lecture,

Francis,


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 21/05/2016 à 17:16
Message #14


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonsoir à tous,

Georges SANGIER, historien originaire de Blangerval, nous donnes dans un de ses ouvrages admirablement documenté, un bon historique des faux mariages dans tous le département du Pas de Calais. On verra qu'aucune région du département n'en fut atteinte

Bonne lecture, et bonne soirée à tous,


Extrait de « la désertion dans le Pas de Calais de 1792 à 1802 », Georges SANGNIER, 1965.



LES FAUX MARIAGES



La suppression des municipalités communales et leur remplacement par les municipalités cantonales avaient exigé, dès frimaire an 4, que celles ci fussent dorénavant en possession de tous les registres d'état civil et des registres de catholicité d'avant 1792. Le Département l'avait rappelé dans un arrêté du 15 prairial an 4.
Or un nombre assez important d'anciennes municipalités communales n'avaient pas prétendu s'en déposséder. Malgré les rappels réitérés des administrations de canton et de l'administration centrale, elles avaient fait la sourde oreille et opposé la force d'inertie quand ce n'était pas une résistance déclarée comme à Cléty, du canton die Thérouanne, où près de cinquante citoyens signaient le 2 frimaire an 5 un refus de remettre à l'agent local ces fameux registres, prétextant que les actes ayant été rédigés en double l'un des exemplaires devait rester dans la commune « Au cas [de] besoins et se seroit métre les habitants de la ditte commune dans de grandes embaras pour biens des choses »

Ils oubliaient qu'ils n'avaient plus qualité pour les conserver. Des menaces de poursuites devant les tribunaux faites quinze mois plus tard, le 15 ventôse an 6, n'ont pas eu plus de succès auprès des habitants de Cléty ; le commissaire du Département, le 19 messidor an 7, constate que de nombreux registres d'état civil de 1791 à l'an 6, de onze communes du canton de Thérouanne, ne lui ont pas encore été envoyés.

De même dans le canton de Tournehem l'administration se plaint de la retenue des registres de mariages faite par l'ancienne municipalité :

« ... dans diverses communes on a profité de ce que les registres de mariages n'avoient pas été rapportés à l'administration du canton pour y rapporter des actes comme faits antérieurement quoiqu'ils n'avent été véritablement portés sur lesdits registres que depuis très peu de tems »

Ces refus apparemment étranges sont en réalité à la base d'un des moyens d'éluder les obligations de la loi du 19 fructidor sur la conscription. En effet, à moins d'être vraiment malade ou affligé de malformations rendant impossibles son incorporation, le conscrit célibataire ne peut pratiquement y échapper que par un mariage soi disant conclu avant le 1 germinal an 6 (1), mais frauduleux.


(1) La loi du 23 août 1793 n'avait pas fixé de date après laquelle le mariage n'était plus un cas d'exemption pour le service armé ; normalement il l'était jusqu'à la promulgation de la loi. Aussi un mariage conclu à Beaumetz le let septembre 1793 à cinq heures du matin, avant la publication officielle de la loi qui n'a eu lieu qu'à onze heures, a pu faire exempter le jeune mari. Le rigide Coffin consulté en nivôse an 4 n'a pu qu'estimer licite ce mariage. Mais ne peut on soupçonner de complaisance un peu excessive.

Par suite du nombre de demandes en mariage précipitées, il se produira dans certaines parties du département et sous l'empire de la nécessité une véritable épidémie d'unions de caractère quelque peu tératologique : on verra des jouvenceaux, désireux d'échapper rapidement et coûte que coûte à l'enrôlement mais n'ayant pas toujours le choix facile, ne pas craindre de s'unir à des femmes de 50, 60 et même 90 ans, pour la forme il est vrai. Mais ces mariages conclus sans formalités publiques ne pouvant faire exempter leurs titulaires que s'ils sont antérieurs au 23 nivôse de l'an 6, exigent une manipulation occulte des registres d'état civil dont beaucoup d'anciens édiles ont su prévoir l'éventualité, mais qui aurait été rendue difficile par le rassemblement de ces documents au chef lieu de canton comme le voulait la Constitution de l'an 3.

Dès l'hiver de l'an 7, le commissaire du Département a vent de certaines fraudes :

« Je suis informé, dit il dans une circulaire du 23 pluviôse adressée aux commissaires près les cantons, que plusieurs officiers de l'état civil ont la complaisance coupable d'altérer les actes de naissance et de mariage de quelques réquisitionnaires et conscrits pour les soustraire aux loix qui les appellent aux armées... Vous vous ferez représenter les registres aux actes civils de votre arrondissement et vous les compulserez avec soin. Si vous y découvrez la moindre altération vous m'en informerez et vous m'en signalerez les auteurs afin que je puisse provoquer les mesures nécessaires pour les faire punir »

En floréal an 7, de son côté, le commissaire du Directoire auprès du tribunal correctionnel de Boulogne fait quelques découvertes révélant les précautions prises par certaines anciennes municipalités. Le registre des actes de mariages de Questrecques comporte huit feuillets, dont cinq ont été grattés et surchargés ; des dates de mariage ont été modifiées, des domiciles de contractants sont faux. Au village voisin de Wirwignes, où quatorze feuillets composent le registre de mariages, les cotes de huit feuillets ont été grattées et surchargées, « sans doute pour avoir la facilité d'y intercaler les trois actes de réquisitionnaires des 15, 19 et 25 ventôse avant celui du 24 prairial an 6 ». A Rinxent, une expédition d'acte de mariage de Jean Baptiste Damiens avec Marie Catherine Magnier du 7 thermidor an 5 est suivie de deux pages blanches.

Même chose à Marquise : après le 25 floréal an 5, trois lignes de la troisième page et la quatrième page sont vierges le verso du onzième feuillet et le douzième feuillet sont blancs le verso du trente troisième au trente sixième feuillet et le quarantième le sont également, permettant d'y consigner éventuellement des faux actes. Le feuillet cinquante cinq suit le cinquantième, rendant possible l'intercalation de deux feuillets. Les surcharges sont nombreuses ; en différents endroits les chiffres sont couverts d'encre et ne peuvent être identifiés.

A Hocquinghem, après la mention du mariage de Jean François Heude et de Thérèse Angélique Gauthier du 9 pluviôse an 4, deux pages sont blanches. Le 20 pluviôse, le mariage de Sylvain Verlingue et de Claudine Mar... (Illisible) est rédigé sur une demi feuille de 0,25 timbrée en noir.
Ces précautions de ménager des parties blanches dans les registres de mariages ont vraisemblablement commencé après la loi du 23 août 1793 qui inaugurait le principe de l'exemption du service armé des gens mariés, et ont donné l'éveil.
Les pages blanches en totalité ou en partie facilitent l'intercalation de faux actes. Si l'on introduit des actes nouveaux et que l'on doive modifier la cote des feuillets, ou bien si un acte régulier demande à être antidaté, alors les grattages, les maquillages, au besoin la bouteille d'encre renversée deviennent nécessaires. Tous ces procédés plus ou moins grossiers ont été employés dans le but de faire exempter de nombreux conscrits de l'an 7 (2) et suivants, cela à peu près exclusivement dans la région côtière et la région audomaroise. Nous en citons quelques cas concrets dans les pages qui suivent.

(2) Faux actes de naissance pour rajeunir ou pour vieillir, selon l'occasion, des jeunes gens désireux de ne pas servir, faux actes de mariage pour leur procurer le plus facile et le plus répandu des motifs d'exemption, faux certificats d'infirmités, prodigués alors une fréquence extrême, même faux actes de décès...)



RÉGION DE BOULOGNE.


On a vu les précautions de certaines municipalités signalées par le commissaire du directoire auprès du tribunal correctionnel de Boulogne, qui ont certainement donné lieu à des poursuites ; le général de brigade Ferrand, commandant par intérim les lr" et 16e divisions militaires, de son côté, écrira dans une circulaire du 18 fructidor an 8 :
« Il est notoire que des agens ... ont vendu des actes antérieurs aux époques précitées à des réquisitionnaires et conscrits qui n'ont pas contracté mariage, et qu'ils ont trouvé les moyens de placer ces faux dans leurs registres ». Henneveux est un canton où l'on utilise en grand ce genre, de faux :

« Il y a, dans le canton d'Henneveux, vingt cinq réquisition¬naires ou conscrits qui ont fourni des actes où figurent, comme épouses, des femmes dont la plus jeune a soixante six ans et dont une est âgée de quatre vingt dix ans »

La municipalité de Neuville est soupçonnée par l'adminis¬tration centrale de marier complaisamment les déserteurs, particulièrement ceux de Montcavrel. La municipalité proteste de sa loyauté.

Canton de Condette.
Gueudré, maire provisoire de Condette, « a commis des faux dans la rédaction des actes de l'état civil ; il est suspendu de ses fonctions par le sous préfet de Boulogne le 8 thermidor an 8. Le même sous préfet, s'adressant au préfet quelques mois plus tard, parle de « quelques centaines de faux extraits de mariage ». Celui de Berly est sans doute du nombre. Trois actes de mariage de la commune d'Ergny, dans le canton d'Hucqueliers sont déclarés suspects


RÉGION DE MONTREUIL.


Certains agents du canton de Fressin sont compromis eux aussi dans des affaires analogues, où des réquisitionnaires ont été mariés par eux et dont les actes ont été antidatés.
Louis Marie Mailly, de Sempy, prétend s'être marié à Saint ¬Deneux le 22 fructidor an 5. Or, l'agent de Sempy et tous les habitants de ce village ont ignoré cette union jusqu'au moment où, ayant été porté au tableau des conscrits de première classe, Mailly a déclaré avoir épousé Marie Austreberthe Delaporte, de Saint Deneux ; celle ci ne vit pas chez lui, « ce qui fait estimer que ce n'est qu'un mariage de circonstance ». D'ailleurs, la prétendue expédition de l'acte ne porte ni date, ni mention de domicile de Mailly, ni noms de témoins.

L'administration de Fauquembergues, en floréal an 7, trans¬met à celle de Fressin un acte de mariage de l'an 5 de Jacques Etienne Vidor, réquisitionnaire de Thiembronne, « acte dont on soupçonne la sincérité ». Le mariage est supposé avoir eu lieu à Torcy, où pourtant aucun acte de mariage n'est mentionné dans les registres de cette commune cette année là. Les trois signatures qui authentifient cet acte sont fausses.

L'ex agent de Marant Danjou, est accusé de faux et arrêté, mais il n'a pas le temps d'être jugé car il décède dans la maison de justice de Saint Omer en germinal an 10.

Canton de Campagne. Charles Antoine Danel, de Beaurainville, ex président de l'administration municipale de Campagne, est auteur de faux en écritures publiques et authentiques « afin de sauver de la réquisition ou de la conscription des jeunes gens qui en étoient atteints » ; il s'est dessaisi des registres aux actes de mariage de Buire le Sec, les remettant entre les mains de Louis Lecointe fils, ministre du culte de Buire. Celui ci est prévenu d'être « auteur de faux en écritures publiques et authentiques en fabricant plusieurs actes de publication et actes de mariage et les antidatant pour leur donner une date utile à fin de dispenser... etc ; et en faisant la signature des citoyens qu'on supposeroit avoir assisté comme témoins... le tout sur les registres de Buire Ie Sec »

Le mariage de Pierre Antoine Leborgne et de Marie Thérèse Dubois a ainsi été antidaté pour exempter Leborgne. Jean Louis Briois, 70 ans, ex agent de Buire, est prévenu de complicité : il a intercalé des feuilles dans les registres. Six parents ou témoins ont signé les actes, que Pierre Antoine Varlet, ex agent de Buire, a faits et insérés dans les registres. Le jury d'accusation du tribunal criminel déclare « qu'il y a lieu » contre Varlet, Lecointe, Leborgne, Briois, qui sont écroués ; les autres sont renvoyés de l'accusation.

Jacques Honoré Dupont, ex agent et cultivateur à Roussent, est accusé de faux en écritures publiques et authentiques. Sont compromis Louis Hautquier ex agent de Roussent, auteur du faux, Pierre Ferdinand Danel, ex secrétaire de l'administration de Campagne, Charles Danel, ex président, ces deux derniers de Beaurainville, et cinq comparses. Il s'agit de l'exemption de deux réquisitionnaires.


RÉGION DE SAINT OMER.

Canton de Tournehem.
Un conscrit d'Hardinghen, Pierre ¬François Caboche, produit un extrait de mariage de Bouvelinghem, pour être rayé de la liste des conscrits. Mais « il est de notoriété publique que ce mariage est faux et fait clandestinement ». Caboche, soi disant marié depuis plusieurs années, semble ne s'être préoccupé de faire valoir son état de marié que tout récemment, alors qu'il se savait de l'âge de la conscription.

« Il est de notoriété que l'acte de mariage de Louis Joseph Delcroix, de Northécourt, conclu à Disques... est abusif, puisqu'il est constant qu'il n'est marié que depuis cinq mois au plus ».

Son « acte de mariage... et l'extrait de naissance d'un enfant du sexe féminin née le 16 nivôse, sont faux. Decroix déclare avoir été remplacé et promet de produire prochainement l'extrait mortuaire de ce remplaçant ». Sera ce une nouvelle pièce falsifiée ? Clipet, fils de l'adjoint de Rebecques, est convaincu d'être marié frauduleusement. Dix garnisaires sont placés chez son père jusqu'à obéissance. Antoine Joseph Douilly, de Recques, demande, un passeport (qui, ne pouvant être délivré régulièrement à un conscrit, prouverait sa qualité d'exempté) ; mais son acte de mariage, daté du 18 fructidor an 5, est reconnu faux. Douilly devra se rendre à Arras pour servir dans l'armée.
L'acte de mariage de Jean François Delmotte, réquisitionnaire de Rebergues, est des plus suspects. Delmotte se dit marié avant le 1 germinal an 6, avoir été capitaine de la garde nationale de sa commune ; mais :

« Vu l'acte de mariage de l'exposant rédigé dans la commune de Rebergues le 21 brumaire an 6 avec une femme de quatre vingt dix ans ; vu le certificat négatif de l'agent municipal de la commune de Rebergues... qu'il n'existe point dans sa commune de registre aux publications de mariage des années 3, 4, 5 et 6 ainsi que le confirme la déclaration du citoyen Delmotte, frère de l'exposant, agent municipal de la commune en l'an 6 ; considérant qu'il est de notoriété publique que le citoyen Delmotte ne fait valoir son acte de mariage que depuis le commencement de l'an 7 époque de la rédaction dudit acte quoique daté du 21 brumaire an 6, considérant que ledit Delmotte ne vit pas avec sa femme âgée de quatre vingt dix ans, même éloigné d'une distance de trois quarts de lieue d'un domicile à l'autre, que l'amour de sa fortune n'auroit pas dû le déterminer à épouser une femme d'un si grand âge puisqu'il est vrai que sa fortune est très modique ; considérant que [sa nomination de capitaine de la garde nationale de sa commune est fausse] ; considérant qu'il n'a contracté mariage que pour se soustraire du poste honorable où la loi l'appelle, arrête... qu'elle regarde comme frauduleux le mariage dudit François Joseph Delmotte ».

A la même époque il y a encore « dans le canton plusieurs conscrits et réquisitionnaires qui, à l'aide de mariage frauduleusement antidaté, espèrent échapper à la loi ».
Les garnisaires placés chez eux ne seront enlevés qu'après justification de la légitimité de leur mariage.

Canton de Wismes.
« La notoriété publique accuse de faux les actes de mariage » de plusieurs réquisitionnaires. « La force armée sera logée et nourrie indistinctement chez les parens des recéleurs de tous les réquisitionnaires et conscrits qui n'auront pas justifié de leur présence à un corps quelconque ».

Huit réquisitionnaires et conscrits, de Wavrans, deux de Wismes déposent des actes de mariage antérieurs au 1 germinal an 6 et demandent le retrait de la force armée du domicile de leurs parents. Mais la notoriété publique « déclare contre ces actes et les accuse de faux... Ils seront envoyés à l'administration centrale », qui les considérera comme faux. Dénonciation à la justice de paix.

Le commissaire déclare en brumaire :

« le dix huit brumaire an 8 à quatre heures après midy, un homme a été trouver Jean-François Minet et lui a proposé de marier sa mère morte le 4 vendémiaire dernier à un homme appartenant aux armées de la République... [Minet] pénétré d'horreur a rejetté la proposition, quoiqu'on l'eût assuré qu'il n'y avoit aucun inconvénient à craindre pour la succession de sa mère du mariage proposé qu'on lui passeroit pour le tranquilliser tel acte qu'il exigeroit lui observant que l'on étoit peu embarrassé des registres aux décès de la commune de Wismes ».

« Le 18 vendémiaire, ajoute le commissaire, un autre homme de Saint Pierre est venu assurer au citoyen Pasquier, secrétaire de l'administration, un profit de 5 000 francs s'il vouloit faire la remise des registres de l'an 2 et de l'an 3 de la commune de Wismes, affin de contracter divers actes de mariage en faveur d'hommes appartenant aux armées ; il a rejetté pareillement cette indigne proposition »

L'ex agent Vieillard est soupçonné d'avoir fabriqué le faux mariage de Jacques Louis Huchette, conscrit de Wismes. Desanglot, agent de Fauquembergues, accuse l'ex secrétaire provisoire du canton Dubois d'avoir délivré un extrait de baptême au citoyen Nicolas Joseph Warenghem, né à Renty, daté du 29 janvier 1768 alors que d'après le registre il est né un an plus tard. Dubois ne nie pas ; il explique naïvement que cette délivrance n'a été faite que pour soustraire Warenghem à la conscription... Il n'y a eu aucun acte de publication de mariage des citoyens Boidart et Level, réquisitionnaires de Lottinghem, qui n'ont jamais jamais résidé à Bléquin alors que les actes les qualifient domiciliés en cette commune et que l'administration de Desvres sait que ces jeunes gens et leurs épouses ont constamment résidé dans ce canton. Depuis pluviôse et ventôse derniers l'opinion publique n'a cessé de signaler ces mariages comme faux et clandestins et d'en accuser leur rédacteur Vieillard. Celui ci a été poursuivi par les ordres du directoire devant les tribunaux qui, « à leur honte », l'ont remis en liberté. L'administration de Wismes déclare « solennellement et formellement qu'elle n'a point cessé un seul instant et qu'elle ne cessera pas de regarder ces jeunes gens comme faisant partie de l'armée active ».

Trois actes de mariage : le premier, de Jacques Joseph Playoult, de Wavrans, marié avec la citoyenne Marie Françoise Humez, « jeune fille âgée de quarante sept ans », domiciliée à Wavrans, par certificat de publication de promesse de mariage, signé de Marc Hubert alors agent municipal de Wavrans, en date du 15 prairial ; le deuxième, de Deseille, marié avec la citoyenne Marie Françoise Cadet, veuve Waringhem, « âgée de soixante cinq ans », domiciliée à Wismes, même certificat ; le troisième, d'Augustin Joseph Ritaine, de Wismes, marié avec Rosalie Cadet, 17 ans. Or, le surlendemain 19 floréal, Marc Hubert, maire provisoire de Wavrans, refuse de signer le procès verbal du 16, car, déclare t il, il n'a pas publié le mariage de Playoult.

Canton de Seninghem.
Les registres de Bouvelinghem doivent être vérifiés à cause d'une dénonciation de mariage anti¬daté, faite par un citoyen de Bayenghem le 9 messidor an 7. L'administration de Tournehem déclarera d'ailleurs quelques mois plus tard que « tous les mariages contractés tant à Bouvelinghem que dans le reste du canton de Seninghem sont notoirement faux et abusifs » (34) ; et le général Ferrand remarquera que sur dix actes de mariages passés devant l'officier publie de Westbécourt qui allient des jeunes gens à des femmes deux ou trois fois plus âgées qu'eux, il y en a cinq qui se suivent de si près qu'en trente jours ont a du voir, dans cette Commune, cinq mariages de cette nouvelle espèce.
A Westbécourt plusieurs actes de mariage, dont celui de Cazin, sont reconnus faux, inscrits sur le registre de l'an 3. Le maire est compromis dans cette affaire et Dufay, l'ancien agent, est traduit devant le tribunal.

Il en est de même de Jean Baptiste Lucas, l'ex agent d'Hallines (canton d'Esquerdes) qui en nivôse an 10 est arrêté et accusé de plusieurs falsifications d'actes de mariage, notamment celui du conscrit Huchette.
A Wisques l'agent municipal Marie Louis Degouy est suspecté par l'administration centrale d'avoir fait un faux acte de mariage entre Pierre Joseph Bellenguez, conscrit de Remilly, 22 ans, et Marie Jeanne Dufay, de Wisques, âgée de 57 ans ; l'acte de mariage porte la date du 15 frimaire an 6.
Le 6 pluviôse an 10, un jury spécial réuni à Saint Omer déclare que « il n'y a pas lieu » contre Jean Baptiste Dufay, ex agent de Westbécourt, Jean Baptiste Lucas, ex agent d'Hallines, et Jacques Louis Huchette, cultivateur à Wizernes. A cette occasion Hacot, le commissaire du Directoire auprès du tribunal criminel, fait part au préfet Poitevin Maissemy de réflexions un peu amères :

« Il est donc évident, citoyen Préfet, que partout règne le même esprit, la même insouciance. Au surplus, comment se flatter que des jurés, la plupart pris dans des campagnes, dépourvus de lumières et intéressés soit directement, soit indirectement au sort des réquisitionnaires et conscrits, auront assez de caractère et d'élévation dans l'âme pour se mettre au dessus des préjugés vulgaires et ne voir que le bien publie ? Non, citoyen Préfet, je vous le dis et j'en suis convaincu, il n'y a rien à attendre de jurés jusqu'après leur nouvelle organisation. Salut et fraternité. HAGOT »


RÉGION DE SAINT POL.


On découvre aussi quelques falsificateurs dans l'ancien dis¬trict de Saint Pol. A Blangerval (canton de Framecourt) petite commune de 150, habitants (3713is) où normalement avaient lieu un ou deux mariages par an et parfois aucun, l'ancien agent Philippe Ranson avait trouvé vierge en l'an 7 le registre des mariages de l'an 4. Il en avait profité pour y inscrire dix sept mariages de jeunes gens dont douze étaient devenus les époux de femmes de 46 à 64 ans. La ficelle, un peu grosse, est découverte en frimaire an 9 et Ranson est prévenu de faux le 3 nivôse suivant (38). Décousu, garçon de labour à Blangerval, Passepont, percepteur, Lieppe sont également compromis. A Monchel, l'agent Legrand a marié trois conscrits dont deux avec des épouses de 66 et 77 ans et a transcrit les actes sur le registre de l'an 5.

Dans le canton voisin de Frévent l'ex agent de Bouret, Pierre Francois Desjardins est poursuivi pour avoir consigné en sa qualité d'officier publie sur le registre de l'état civil le prétendu mariage du réquisitionnaire Pierre Lieppe, cultivateur à Beaudricourt. Il est écroué à la maison de justice à la fin de brumaire an 10.
Enfin, Jean Martin Lefebvre, agent de Sars le Bois (canton de Magnicourt sur Canche) est prévenu de faux dans l'exercice de ses fonctions : des altérations et des falsifications du double registre aux actes de mariages de sa commune pour l'an 5, sont découvertes.

La découverte de tous ces faux mariages donne lieu bien souvent à des arrestations, comme nous venons de le voir ; mais parfois des déserteurs arrêtés profitent de la circonstance pour régulariser une situation fausse. Lefebvre, de Polincove, arrêté par la gendarmerie, demande « qu'il lui soit permis de se marier au premier jour de décade, attendu que vivant depuis deux ans avec la citoyenne Lamant il en a un enfant et qu'elle est encore enceinte ». La municipalité de Tournehem acquiesce.
Après la loi d'amnistie du 14 messidor an 7, deux jeunes gens de Zutkerque, se repentant de leur désertion, demandent à l'administration du canton d'Audruicq un ordre de route « pour combattre les ennemis de notre gouvernement avec nos autres frères d'armes » ; mais, ajoutent ils, ils demandent à se marier avant de partir « pour rendre des enfans légitimes et le sort plus agréable à des filles que nous avons abusé de leur bonté ». L'administration ne peut évidemment s'opposer à un désir aussi louable ; mais les deux citoyens devront se tenir « toujours prêts à marcher au premier ordre... et à deffaut d'obéissance il sera mis chez les femmes qu'ils doivent épouser une garnison suffisante pour les y contraindre ».
Il est assez curieux de constater que, dans le Pas de Calais, l'industrie des faux mariages s'est exercée à peu près exclusive¬ment dans l'ouest du département et particulièrement dans la région audomaroise. Il y a là une véritable épidémie de fraudes, difficilement explicable, tout au moins pour le Haut Boulonnais. Pour la région de Saint Omer on s'en étonnera peut être moins, car pendant toute la Révolution les cas de fabrication de fausse monnaie métallique, de faux assignats, de faux actes d'écritures publiques y sont courants ; les archives des tribunaux en témoignent. La falsification est sans doute entrée dans les moeurs, prenant facilement et indifféremment diverses formes de manifestations. L'usage de faux s'y maintiendra durant de longues années sous le Premier Empire, surtout lorsque le brigandage, particulièrement florissant dans cette région sous le Directoire, sera peu à peu muselé par le tribunal spécial sans jury créé par Bonaparte, mais prendra alors une forme plus sournoise.


Les complicités.

Lorsqu'après le refus des pièces présentées et jugées fausses les réfractaires ne partent pas, des garnisaires sont placés chez leurs parents ; mais également l'affaire a son épilogue devant les tribunaux, trop souvent indulgents.
Dans le registre d'écrou de la prison des Annonciades à Boulogne, on relève les noms de :
François Hollingue, 50 ans, ex agent de Crémarest. Prévenu le 9 frimaire an 8 de faux en écritures authentiques et publiques dans l'exercice de ses fonctions : il a falsifié et altéré les dates de différents actes de mariage. Mais le jury d'arrondissement déclare le 12 pluviôse qu« il n'y a pas lieu à accusation ».

Pierre Delattre, 25 ans, de Saint Martin, est accusé le 21 frimaire an 8, de complicité avec le précédent. Il est écroué le 30 nivôse, mis en liberté le 12 pluviôse. Etienne Gloriant, journalier et agent de Questrecques, est accusé de falsification et d'altération de dates de différents actes de mariage sur les registres. Il est arrêté le 30 frimaire an 8.

Dans la prison du tribunal criminel, à Saint Omer, se trouvent Danel et consors, compromis dans l'affaire de Campagne lez Hesdin, ainsi que Dupont, de Roussent.

Dans la maison d'arrêt de la même ville sont écroués le 17 prairial an 7, Louis Joseph Fropot, Alexandre Faine, Marc¬Hubert Delpouve, Pierre Boucher, Antoine Joseph Delebelle, Pierre Antoine Dubois, François Dubois, tous de Wavrans sur¬ l'Aa, prévenus d'avoir fait usage de pièces authentiques et publi¬ques qu'ils savaient fausses. Quatre jours plus tard viennent les rejoindre pour le même délit Eustache Delpouve, de Wavans, Antoine Lucas et Placide Colleret, de Wismes.

Dans la prison du Bon Pasteur de Saint Omer :
Augustin Vieillard, marchand à Bléquin, est prévenu d'avoir, en sa qualité d'agent municipal dans le temps, fait des actes de mariage argués de faux. Il est arrêté le 30 fructidor an 7, mais libéré le 16 vendémiaire an 8.
Antoine Gouvelard, huissier du juge de paix du canton de Seninghem, cabaretier, Pierre Nicolas Evrard, ménager, Louis Couvelard père, ménager, Ambroise Gavois, tisserand, tous domiciliés à Bouvelinghem sont prévenus d'être auteurs ou complices de faux en écritures authentiques et publiques en signant comme témoins d'actes de mariage antidatés, falsifiés, en faveur de réquisitionnaires et conscrits.
Dans la prison de Montreuil on voit en l'an 8 Charles Francois Boyaval, d'Aix en Issart, « par suspicion de faux de son acte le mariage ».
En frimaire an 8, plusieurs administrateurs municipaux du canton de Licques sont prévenus de faux et d'altérations de registres aux actes de mariages.

Il aurait été intéressant de pouvoir évaluer exactement l'importance des faux commis dans l'intention de faire échapper les jeunes gens à la conscription. Une soixantaine de cas particuliers ont été évoqués précédemment ; ils ne sont qu'une faible proportion de ceux que l'on entrevoit, car dans les documents concernant notamment les cantons de l'ouest du département il est constamment question, en sus de faits précis, de plusieurs faux commis, comme dans les cantons de Neuville, de Condette, de Tournehem de Wisines, etc., ou même de totalité comme dans le canton de Seninghem ; le général Ferrand évalue à « vingt cinq réquisitionnaires ou conscrits » du seul canton d'Henneveux les suspects de faux mariage ; le sous préfet de Boulogne parle de quelques centaines de faux extraits de mariage produits dans son arrondissement etc. Ces données ne sont que des ordres de grandeur, mais trop vagues pour permettre de dresser une statistique valable.

Par contre, on peut avoir une vue plus nette des tentatives ou du moins des désirs des jeunes gens d'échapper à la conscription. L'on assiste, dans les campagnes, où en temps normal les candidats au mariage attendaient d'avoir largement dépassé la trentaine pour abandonner le célibat, à de nombreuses unions, régulières celles là et non plus frauduleuses, de garçons de moins de vingt cinq ans et surtout de dix huit à vingt. Ils espèrent sans doute voir un jour modifiée la date du 23 nivôse an 6 en deçà de laquelle aucune alliance n'est motif d'exemption de service, militaire, et prennent leurs précautions. Si le procédé est inefficace, son développement à partir de l'hiver de l'an 7 est un indice à peu près certain de cet espoir.

Un second indice qui confirme le précédent est fourni par quelques mariages anormaux, quoique réguliers. C'est toujours la pénurie de jeunes filles, très demandées depuis la conscription, qui oblige certains jeunes gens à reculer la « limite d'âge » de leurs futures épouses et les fait s'unir à des femmes pouvant être leurs aïeules. Il y a en vérité peu de ces mariages en l'an 7, cinq seulement dans les cantons que nous avons étudiés ; mais en l'an 8, sur les treize que l'on constate, dix ont lieu dans le seul canton de Framecourt par des jeunes gens de dix huit à vingt ans, et tous dans le même mois (du 20 thermidor au 20 fructidor), qui semblent le résultat d'une panique spéciale.

Ce message a été modifié par fletho - 22/05/2016 à 10:18.


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mdesmolin
posté 21/05/2016 à 17:40
Message #15


Expert
******

Groupe : Bienfaiteur
Messages : 3 922
Inscrit : 04/10/2005
Lieu : Paris
Membre no 236
Logiciel: Heredis




Bonsoir à tous,
Bonsoir Francis,

Merci beaucoup pour cette page d'histoire sur ces mariages bien curieux

Cordialement
Marcelle
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 06/04/2020 à 14:14
Message #16


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis




Bonjour,

Encore un mariage frauduleux ! :


BERLINGUER Louis Alexandre X Marie Thérèse DELANNOY,
Le 15 pluviôse An05 au Monchel,
P. Louis François BERLINGUER, culti de Linzeux,
M. Marie Rose LENOIR,
Lui, de Rougefay, âgé de 19 ans, culti,
Et elle :
P. Louis DELANNOY, de Nuncq,
M. Marguerite BOITEL,
Veuve de † Michel LEBLANC, manou,
Elle, du Monchel, âgée de 77 ans,
Tém. : Louis François BERLENGUER, père, de Louis LARIVIERE, manou, de Linzeux, et Philippine LEBLANC, fIlle de AtaNase THOMAS, 47 ans, fille de la contractante, Albertine HERISSENT, 42 ans, de Linzeux, ami de la contractante,
-Lui, dit né le 27 11 1777 à Linzeux,
-elle, dite née le 24 09 1720 à Nuncq,
Lui, sait bien signer et elle signe mal : « marie t. Delanoi »
Il doit s’agir d’un mariage blanc pour éviter la conscription miliataire !

Francis,


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
fletho
posté 06/04/2020 à 15:09
Message #17


Expert
******

Groupe : Érudit
Messages : 4 340
Inscrit : 26/03/2006
Membre no 1 367
Logiciel: Aucun de précis





Bonjour,

Encore un mariage frauduleux d'un bon Républicain prêt à porter les armes ! :

BERLINGUER François Marie X Marie Angélique LANNIER,
Le 28 germinal An05 au Monchel,
P. Louis François BERLINGUER, culti de Linzeux,
M. Marie Rose LENOIR,
Lui, de Linzeux, âgé de 18 ans, culti,
Et elle :
P. Jacques LANNIER,
M. Angélique HERDUIN,
Veuve de † Vincent LECLERC, manou,
Elle, du Monchel, âgée de 66 ans,
Tém. : Louis François BERLENGUER, père, Jean LEGRAND, culti du Monchel, 56 ans, ami, Augustin LECLERC, 39 ans, manou, fils de la future, Philippine PASSEPONT, 37 ans, belle fille de la future,
-Lui, dit né le 12 07 1769 ? à Linzeux,
-elle, dite née le 17 10 1730 à Conchy,
Probablement mariage blanc pour éviter la conscription militaire,

Francis


--------------------
Francis Letho du clos.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 13 07 2020 à 19:12