IPB


Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

> présentation du forum Weppes

 
Reply to this topicStart new topic
> LEGER, Houplines
dpersyn
posté 09/10/2018 à 10:02
Message #1


Confirmé
*****

Groupe : Membre +
Messages : 600
Inscrit : 16/11/2005
Lieu : Vernon
Membre no 658
Logiciel: GeneaTique




Bonjour

Mon oncle Léger Robert est inhumé à Houplines, bien que mort en 1920 son nom figure sur le monument aux morts d'Houplines. ( service commandé????)

Son acte de décès du 3 août 1920 à Chartres - 28000 - a été retranscrit sur les actes d'Houplines en Octobre 1920.

Selon les informations que j'ai obtenues de ma famille, caporal et pilote, il serait mort suite à un accident d'aviation alors qu'il était chargé d'acheminer vers des aéroports des avions abîmés lors de la guerre.

Mais je n'arrive pas à trouver ni les conditions exactes ni le lieu précis où cet accident s'est produit.

D'avance merci pour toute aide me permettant d'y parvenir.

Jean Pierre Persyn
Raison de l'édition : rectification du titre (cf consignes du forum)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jvasseur
posté 09/10/2018 à 12:17
Message #2


Plume d'Or 2019, 2018, 2017, 2016 & 2015
*******

Groupe : Membre +
Messages : 12 902
Inscrit : 27/05/2013
Lieu : BLOIS
Membre no 15 980
Aide possible: recherche historique
Logiciel: Aucun de précis




Bonjour Jean Pierre,


Ce qui est étonnant, c'est que Robert LEGER ne figure pas dans la base de données Mémoire des Hommes.

Le Mémorial Genweb ne donne quant à lui aucune information.
Vous pouvez d'ailleurs contribuer à enrichir sa fiche.

Reste à explorer la piste des journaux locaux de Chartres qui ont peut-être relaté à l'époque l'accident dont il a été victime.

On trouve une mention sur le site ---- Archive.is ----
Citation
LÉGER Robert né vers 1899 ; Caporal pilote à l’Ecole de Tir aérien de Cazaux ; Mort (en service commandé) le 3/8/1920 à Chartres (Eure & Loir). Cimetière d’Houplines (Nord), allée centrale. (Photo de la tombe)


Cordialement,
Joël

Ce message a été modifié par jvasseur - 09/10/2018 à 12:22.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
dpersyn
posté 09/10/2018 à 13:26
Message #3


Confirmé
*****

Groupe : Membre +
Messages : 600
Inscrit : 16/11/2005
Lieu : Vernon
Membre no 658
Logiciel: GeneaTique




Merci pour la réponse, mais je n'ai rien trouvé jusqu'à présent!!!

Pour inscrire une personne sur le monument aux morts, faut-il une délibération municipale????

Jean Pierre
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jvasseur
posté 09/10/2018 à 13:33
Message #4


Plume d'Or 2019, 2018, 2017, 2016 & 2015
*******

Groupe : Membre +
Messages : 12 902
Inscrit : 27/05/2013
Lieu : BLOIS
Membre no 15 980
Aide possible: recherche historique
Logiciel: Aucun de précis




Bonjour Jean Pierre,


Voilà qui répond exactement à votre question.

Réponse du Ministère délégué aux anciens combattants
publiée dans le JO Sénat du 28/12/2006 - page 3217

La reconnaissance de la nation, à travers la mention « Mort pour la France », créée par la loi du 2 juillet 1915 pour les tués de la guerre de 1914-1918, modifiée par la loi du 28 février 1922, a été étendue aux victimes des conflits et opérations ultérieurs, y compris à certaines catégories de victimes civiles : à la guerre de 1939-1945, à l'Indochine, aux opérations d'Afrique du Nord, aux missions menées par l'ONU. Par ailleurs, la loi du 25 octobre 1919, relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre et qui prévoyait, outre la tenue d'un livre d'or portant les noms des morts pour la France et nés ou résidant dans la commune, la construction d'un monument national à Paris ou dans les communes limitrophes commémorant les « héros de la Grande Guerre tombés au champ d'honneur », a invité les communes, aidées dans ce cas par l'Etat, à prendre toutes mesures de nature à « glorifier les héros morts pour la patrie ». Les monuments élevés par la suite se sont substitués de façon plus apparente aux livres d'or, dans le respect de la volonté du législateur de glorifier ceux qui ont sacrifié leur vie pour la nation. Ultérieurement, les communes ont été vivement incitées à procéder à l'inscription des noms des Morts pour la France, à titre militaire comme à titre civil, des autres conflits sur leurs monuments aux morts. La décision d'inscription des noms des victimes de la guerre bénéficiaires de la mention « mort pour la France », assimilable à l'approbation de plaques commémoratives individuelles, incombe, en effet, aux communes, sous la tutelle du préfet, et nullement aux associations d'anciens combattants. Il n'existe toutefois aucune obligation d'inscription pour les communes, qui y sont néanmoins régulièrement directement incitées et qui, le plus souvent, répondent spontanément à ce devoir de mémoire et de reconnaissance. En revanche, il n'existe pas de listes des morts pour la France par lieux de naissance ou de décès. Il n'existe que des fichiers nominatifs par ordre alphabétique au nom de famille du bénéficiaire de la mention. Il n'est donc pas possible de procéder à un recensement des victimes par communes.

Dans la mesure où la décision d'inscription des noms des victimes de la guerre bénéficiaires de la mention « mort pour la France », assimilable à l'approbation de plaques commémoratives individuelles, incombe, en effet, aux communes, sous la tutelle du préfet,il faut une délibération du Conseil municipal.

Par ailleurs, les monuments aux morts sont juridiquement des biens de la responsabilité des municipalités. L’État qui a la charge morale de tous ceux qui sont tombés pour la France, est toutefois fondé pour exprimer des recommandations pour assurer« aux morts pour la France » une équité de traitement.

La loi n° 2012-273 du 28 février 2012 précise dans son article 2 que lorsque la mention « Mort pour la France » a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l'article L. 488 du code des pensions militaires d'invalidité
et des victimes de la guerre, l'inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l'environnement immédiat de ce monument est obligatoire

Voir les modalités ---- Mort pour la France ---- (Attention document non officiel)

Voir également ---- Le livre d'or des Morts pour la France ----

Bonne lecture !

Cordialement,
Joël

Ce message a été modifié par jvasseur - 09/10/2018 à 13:39.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
dpersyn
posté 13/10/2018 à 09:50
Message #5


Confirmé
*****

Groupe : Membre +
Messages : 600
Inscrit : 16/11/2005
Lieu : Vernon
Membre no 658
Logiciel: GeneaTique




Bonjour Joël

Visiblement il ne fait pas partie des morts pour la France et je n'arrive pas à trouver son matricule militaire où je pourrais trouver mention de l'accident?

Soit il a été recensé à Dunkerque (bizarre) sous le n° 2125 illisible!!! ou le fait qu'il soit né en Belgique le fait dépendre d'un autre centre? mais aucun du nord pour la clase 1919!!!!

Cordialement

Jean Pierre







?



Bonjour Jean Pierre,


Voilà qui répond exactement à votre question.

Réponse du Ministère délégué aux anciens combattants
publiée dans le JO Sénat du 28/12/2006 - page 3217

La reconnaissance de la nation, à travers la mention « Mort pour la France », créée par la loi du 2 juillet 1915 pour les tués de la guerre de 1914-1918, modifiée par la loi du 28 février 1922, a été étendue aux victimes des conflits et opérations ultérieurs, y compris à certaines catégories de victimes civiles : à la guerre de 1939-1945, à l'Indochine, aux opérations d'Afrique du Nord, aux missions menées par l'ONU. Par ailleurs, la loi du 25 octobre 1919, relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre et qui prévoyait, outre la tenue d'un livre d'or portant les noms des morts pour la France et nés ou résidant dans la commune, la construction d'un monument national à Paris ou dans les communes limitrophes commémorant les « héros de la Grande Guerre tombés au champ d'honneur », a invité les communes, aidées dans ce cas par l'Etat, à prendre toutes mesures de nature à « glorifier les héros morts pour la patrie ». Les monuments élevés par la suite se sont substitués de façon plus apparente aux livres d'or, dans le respect de la volonté du législateur de glorifier ceux qui ont sacrifié leur vie pour la nation. Ultérieurement, les communes ont été vivement incitées à procéder à l'inscription des noms des Morts pour la France, à titre militaire comme à titre civil, des autres conflits sur leurs monuments aux morts. La décision d'inscription des noms des victimes de la guerre bénéficiaires de la mention « mort pour la France », assimilable à l'approbation de plaques commémoratives individuelles, incombe, en effet, aux communes, sous la tutelle du préfet, et nullement aux associations d'anciens combattants. Il n'existe toutefois aucune obligation d'inscription pour les communes, qui y sont néanmoins régulièrement directement incitées et qui, le plus souvent, répondent spontanément à ce devoir de mémoire et de reconnaissance. En revanche, il n'existe pas de listes des morts pour la France par lieux de naissance ou de décès. Il n'existe que des fichiers nominatifs par ordre alphabétique au nom de famille du bénéficiaire de la mention. Il n'est donc pas possible de procéder à un recensement des victimes par communes.

Dans la mesure où la décision d'inscription des noms des victimes de la guerre bénéficiaires de la mention « mort pour la France », assimilable à l'approbation de plaques commémoratives individuelles, incombe, en effet, aux communes, sous la tutelle du préfet,il faut une délibération du Conseil municipal.

Par ailleurs, les monuments aux morts sont juridiquement des biens de la responsabilité des municipalités. L’État qui a la charge morale de tous ceux qui sont tombés pour la France, est toutefois fondé pour exprimer des recommandations pour assurer« aux morts pour la France » une équité de traitement.

La loi n° 2012-273 du 28 février 2012 précise dans son article 2 que lorsque la mention « Mort pour la France » a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l'article L. 488 du code des pensions militaires d'invalidité
et des victimes de la guerre, l'inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l'environnement immédiat de ce monument est obligatoire

Voir les modalités ---- Mort pour la France ---- (Attention document non officiel)

Voir également ---- Le livre d'or des Morts pour la France ----

Bonne lecture !

Cordialement,
Joël
[/quote]
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 21 01 2020 à 07:15