Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : CACHEUX x PATIGNY
GenNPdC - Genealogie Nord-Pas-de-Calais > Forums dédiés à l'actuel département du NORD > Hainaut

rdavid
Bonjour,
Les tables de mariages de Marly (1792-1802) [4 pages seulement...] mentionnent, pour le 30 messidor an 7 (18.07.1799) le mariage de Jean Baptiste Casimir CACHEUX avec
Marie Augustine PATIGNY. L'acte de ce mariage n'est (malheureusement) pas disponible car le registre d'EC de Marly disponible aux AD59
ne contient pas de mariage pour l'an 7, mais uniquement des naissances et des décès.
Les registres d'EC de Valenciennes (municipalité) Mariages et Divorces (1793-1800), photo 562/612 mentionnent, pour le 10 germianl an 8 (31.03.1800) le mariage (cantonal) suivant :
"(...) Jean Baptiste casimir joseph Cacheux, meunier, agé de [20] ans, fils de jean joseph et de Thérèse joseph Cacheux, son épouse demeurant à Marlÿ (...),
d'autre part, la C[itoyen]ne Marie Augustine joseph Patinÿ, agée de [19] ans et demi, fille de jean Bte et de Catherine André son épouse (...)".

A moins qu'il s'agisse d'homonymes, je ne comprends pas pourquoi 8 mois après s'être mariés, les époux ont dû procéder à ce marage cantonal...

Merci de m'éclairer à ce sujet.
gterreux
Bonjour,

Il s'agit probablement d'une régularisation car le 1er acte était entaché de nullité ayant du être célébré au niveau du canton (depuis le 1er vendémiaire an VII)

Cordialement,
Guy
jvasseur
Bonjour,


La loi du 13 fructidor an VI (30 août 1798) institue l'obligation de célébrer les mariages les jours de décadi au chef-lieu de canton et ce à partir du 1° vendémiaire an VII (22 septembre 1798).
Les maires des autres communes continuaient à recevoir les déclarations de naissances et de décès, mais n'étaient plus habilités à rédiger les actes de mariage.


Cette loi poursuivait deux buts:


1°- L'institution de la "décade" de 10 jours en remplacement de la semaine ne paraissait pas devoir être suivie d'un accueil enthousiaste de la part des Français.
Les catholiques continueraient, malgré l'interdiction, à célébrer des messes dominicales.
L'habitude aidant, la plupart des citoyens continueraient à suivre un rythme de 7 jours et non de dix et à observer le repos dominical.
Le Directoire espérait, en rendant obligatoire le mariage le décadi, donner à ce jour un certain lustre.

2°- La loi Jourdan sur la conscription risquait d'amener des abus à propos des actes de mariage: en effet, n'étaient soumis à la conscription que les hommes célibataires.
Il était donc tentant de contracter un mariage fictif pour éviter d'être enrôlé. Or, s'il était facile d'obtenir du maire de son propre village l'établissement d'un acte de complaisance,
cela devenait plus aléatoire quand l'acte était établi au chef-lieu de canton, et quand son établissement était entouré d' une certaine solennité.

L'expérience montra que les espérances du Directoire étaient vaines mais non ses craintes.
Le peuple opposa toute la force de l'inertie à l'adoption du calendrier décadaire.
Le pouvoir céda et rétablit la semaine de 7 jours et le mariage à la mairie de la commune par l'arrêté du 7 thermidor an VIII (26 juillet 1800).


Joël
rdavid
Bonjour Guy et Joël,

Je vous remercie chaleureusement pour vos réponses.
J'y vois plus clair maintenant.
Bien à vous,
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2017 Invision Power Services, Inc.